cedric sileo : ingénieur, intelligence artificielle, docteur en sciences

mardi | 26 septembre 2017

Robot par la pensée

Une équipe de chercheur américain ont mis au point un moyen de contrôler un quadricoptère sans mouvement, juste par la pensée. La Force est puissante dans leur famille…

« N’importe quelle technologie suffisamment évoluée ne peut être différenciée de la magie ». La prouesse réalisée par des chercheurs de l’université du Minnesota éclaire cette citation d’Arthur C. Clarke d’un jour tout nouveau.
Cette équipe de scientifiques vient en effet de mettre au point une technologie qui permet de contrôler un périphérique, en l’occurrence, un drone, par la pensée, sans implant intrusif.

Images mentales et contrôle à distance

Une personne portant un « casque » équipé de capteurs peut ainsi piloter à distance ce quadricoptère. Pour tourner à gauche, il lui suffit d’imaginer serrer son poing gauche. Pour monter, de penser à dresser ses deux poings vers le haut, etc. Les capteurs perçoivent en effet les changements d’activités dans le cortex moteur produits par la création de l’image mentale des différents mouvements. Ainsi, sans bouger, la personne peut déplacer avec précision son petit hélicoptère et le faire évoluer dans un parcours libre où sont dressés quelques obstacles.
Ce qui est une presque première, puisque, en 2010, des universitaires de l’Illinois avaient déjà réussi à contrôler un drone par la pensée. A l’époque, ils n’avaient toutefois pu que le faire tourner à droite ou à gauche, sans pouvoir contrôler son altitude ou d’autres critères de vol, et sans atteindre la même précision.

 

 

La Force pour tous…

De fait, on n’est pas loin de la Force et des pouvoirs télékinétiques, même s’il a fallu des heures d’entraînement aux aspirants pilotes. Pour autant, les chercheurs prévoient des usages concrets et bien réels pour cette technologie. Jusqu’à présent les technologies de ce genre impose l’implantation d’électrodes dans le corps du sujet, ce qui est potentiellement dangereux et en tout cas très invasif.
Selon le magazine Nature, Bin He, le directeur de cette recherche, voulait ouvrir le champ d’application de cette technologie de contrôle par la pensée : « Nous voulons développer quelque chose de non invasif dont le plus grand nombre pourra bénéficier, pas seulement une poignée de patients ».
Nous serons peut-être bientôt tous des Jedis en puissance, mais attention au côté obscur.
(sources 01net)
 

chef de projet web technologies intelligence information formation chef projet artificielle doctorat informatique maîtrise développement thèse université systèmes recherche société temps base machines machine problèmes connaissances problème techniques exemple système règles internet définition