cedric sileo : ingénieur, intelligence artificielle, docteur en sciences

mardi | 26 septembre 2017

Nouvelles extensions sur le net

Nouvelles extensions de domaines : à partir 2012 a décidé l'Icann

Internet - eco, .paris, .movie ou par exemple .nike, ces nouvelles extensions feront certainement leur apparition à partir de 2012. L’Icann a en effet voté en faveur de l’extension des noms de domaines génériques, ou gTLD.

Le projet était à l’étude depuis déjà plusieurs années. Mais sa réalisation se heurtait à de nombreuses critiques, notamment de la part du gouvernement américain et des grandes multinationales.

En fin de semaine dernière, à l’occasion d’une réunion spéciale à Singapour, l’Icann a voté en faveur de la libéralisation et donc de l’extension du nombre de noms de domaines génériques, ou gTLD (Generic Top Level Domain).

Libéralisation confirmée des extensions de domaines

Aux 22 extensions existantes, comme .com, .org ou .gov, vont ainsi pouvoir s’en ajouter de nouvelles, comme par exemple des extensions au nom d'entreprises ou institutions. Si c’est la principale application de cette ouverture du marché des gTLD, ce n’est cependant pas la seule.

Des dossiers pour des extensions telles que .car, .love, .movie, .web, et .gay pourraient ainsi être déposés auprès de l’Icann. Certains de ces projets de domaines ont d’ailleurs suscité la polémique avant même toute approbation.

C’est en particulier le cas du .gay. Le gouvernement américain proposait donc que les Etats disposent d’un droit de véto afin de pouvoir bloquer la création de certaines de ces futures extensions. La proposition avait été rejetée.

Les demandes pour ces nouveaux gTLD seront examinées par l’Icann à partir du 12 janvier 2012.  Plusieurs centaines d’extensions devraient ainsi apparaître sur Internet dès l’année prochaine.

L’obtention de ces nouveaux domaines sera payante. C’est d’ailleurs un des points de friction. Les entreprises craignent en effet de devoir débourser de l’argent pour se préserver ainsi du cybersquatting.

L'Icann prend des engagements sur la protection des marques

En 2008, l’Icann avait suscité une levée de boucliers en annonçant que les candidats devrait débourser 185 000.dollars (plus un coût fixe annuel de 25.000 dollars), et ce simplement pour déposer un dossier de candidature pour l’attribution d’une extension.

Les questions qui fâchent ont été laissées de côté à Singapour. « L’Icann a ouvert le système de nommage d’Internet afin de libérer l’imagination humaine » a notamment mis en avant son président, Rod Beckstrom.

« Cette décision déclenchera un nouvel âge d'Internet. Nous avons fourni une plate-forme pour la prochaine génération de la créativité et de l'inspiration » s’est félicité Peter Dengate Thrush, membre du comité de direction de l’Icann.

La problématique des marques n’est cependant pas totalement occultée. L’Icann a dû prendre des engagements sur la protection des marques. En cas de violation, un retrait du domaine litigieux sera rapidement opéré assure Peter Dengate Thrush.

Les bureaux d’enregistrement ou « registrars » indélicats pourront quant à eux être sanctionnés, par exemple en se voyant interdire le droit de distribuer ces nouvelles extensions de domaines.  Autant d’engagements qui seront surement mis à l’épreuve dès 2012.

(Sources ZDNet)

 

chef de projet web technologies intelligence information formation chef projet artificielle doctorat informatique maîtrise développement thèse université systèmes recherche société temps base machines machine problèmes connaissances problème techniques exemple système règles internet définition